Réflexions sur les réseaux sociaux « virtuels »


eauresa.gifL’intérêt des réseaux sociaux réside dans l’idée qu’ils sont conçus dans le but d’élargir le réseau d’influence d’un individu. En effet, la rencontre virtuelle devient pertinente à partir de l’instant où elle se distingue des rencontres que l’ont peut avoir par les canaux de mise en relation traditionnels. En d’autres termes le réseau social doit apporter une valeur ajoutée à ses utilisateurs, par exemple d’ordre professionnel. Dans le cas des réseaux sociaux professionnels, le réseau joue le rôle de filtre pour les recruteurs, à l’inverse l’individu à la recherche d’un emploi – quand il y parvient – peut entrer en contact de manière plus précise.

Un des réseaux social le plus emblématique est LinkelIn. Ce dernier a pour objectif de mettre en relation des professionnels au sein de leur secteur d’activité spécifique. Le premier de cercle de relation repose sur des connaissances déjà existantes, le second cercle devient payant. Si cela semble être contraire à l’ouverture des services attribuée au web 2.0, il semble que cela permette de garantir la qualité du service en terme de limitation. Car la qualité d’un réseau social dépend de l’usage qu’en font ses utilisateurs. En effet, pour que le réseau soit pertinent, la recherche de contact doit l’être également. Par conséquent, si le service est payant, cela opère une première sélection dans l’implication des membres du réseau. L’argent est-il le meilleur arbitre ? De fait, il semble être le plus simple, rapide et lucratif pour les concepteurs et peut être un élément de garantie pour les professionnels présents sur le réseau. La plupart des réseaux sociaux classiques sont gratuits et à destination de tous. Ces derniers ont ainsi comme principale possibilité d’être mis en relation avec leurs amis et amis de leurs amis, de partager du contenus de toutes sortes (myspace, copainsdavant…) L’objectif est en premier lieu ludique et social, donc de l’ordre du divertissement. Cependant c’est aussi l’occasion de rester d’une part en contact avec des connaissances et d’autres part de renouer le contact avec d’anciennes relations ainsi que de nouer de nouvelles relations par affinités. Car le réseau sert ici à faciliter l’extension du réseau de chaque membre.

Par ailleurs c’est aussi la possibilité pour les utilisateurs d’entretenir une forme de blog a minima où seules les connaissances choisis ont accès aux informations préalablement paramétrées. Ainsi chaque membre devient créateur de contenu dans une interaction horizontale avec son réseau. Car c’est bien dans l’alimentation plus ou moins régulière de chaque profil que réside l’intérêt de ce type de réseau. La force des informations sont d’une part leur fraîcheur et d’autre part leur ancienneté. En effet, ici la durée de vie de l’information est infini et modifiable à souhait.

L’exemple de Facebook: force et faiblesse du réseau

Facebook au départ a été créé par et pour des étudiants des grandes universités américaines. L’objet était de mettre en relation ces étudiants ainsi que de leur permettre d’échanger des contenus d’ordre universitaire. L’accès au réseau par de nouveau membre était alors vérifié grâce au mail de l’étudiant. Depuis 2007, le réseau est ouvert à tous. Si le site se défend d’être à destination des étudiants diplômés ou en devenir ainsi qu’aux jeunes employés, la massification du site (30 millions de membres en 2007), a largement éloigné les usages des membres de l’utilité première du site. En effet, tout un chacun peut désormais devenir membre de facebook sans connaître au préalable l’utilité du site. Par conséquent, si un néophyte devient membre de ce type de réseau, il ne sera pas en mesure de constituer un réseau pertinent. En effet si ce dernier étend son réseau de manière anarchique, par la suite il sélectionnera es informations car on peut penser qu’il ne souhaitera pas partager ses informations avec l’ensemble de son réseau. L’intérêt ainsi réduit sa participation s’amoindrira et corollairement sa pertinence.

Donc la force du réseau devient par son ouverture totale une faiblesse. Les réseaux sociaux trouvent leur force dans l’utilisation qu’en font leurs membres, c’est pourquoi il est essentiel que les internautes prennent en compte les enjeux, avantages et intérêts de telles plates-formes de communication.

En effet, si le web 2.0 replace l’individu en son centre, il s’agit pour ce dernier d’apprendre à se saisir des opportunités que lui confère cette nouvelle structure sociale. Car ces opportunités peuvent in fine avoir des effets indésirés. Si les nouveaux utilisateurs ne savent pas protéger, construire, créer un profil dans la sphère Internet, l’effet peut effectivement leur être nuisible notamment au sein de réseaux sociaux.

M. F.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s